Faire un don | +237 654876234 | lesourireassociation@yahoo.com | Ngaoundéré, Cameroun

Comment lire une étiquette alimentaire ?

Partager cet article

Notre industrie alimentaire bien étant en retard par rapport à celle des pays occidentaux évolue grandement et doit respecter les normes d’étiquetage internationalement définies. Nos denrées alimentaires traditionnelles vont se retrouver dans les étagères des supermarchés et les produits importés auxquels nous nous sommes familiarisés et pour s’adapter à la nécessité de manger sain et équilibré, il faudra savoir déchiffrer une étiquette. Devant une étiquette, les éléments à considérer sont :
La date de péremption : c’est la première incation à regarder pour s’assurer que le produit est encore consommable ;
La liste des ingrédients : est une information obligatoire pour la grande majorité des produits alimentaires. Il existe quelques exceptions, assez logiques, à cette règle comme les fruits et légumes frais, le vinaigre, certains produits laitiers, l’eau, le lait, la farine, le sucre. Dans la liste, les ingrédients sont rangés du plus au moins abondant, elle permet donc de se faire rapidement une idée de la composition du produit ;
L’étiquetage nutritionnel : Contrairement à la liste des ingrédients, l’étiquetage nutritionnel n’est pas encore obligatoire. Il ne doit être présent que si le fabricant communique sur la qualité nutritionnelle ou sur les bénéfices santé du produit. Cependant, de plus en plus de professionnels choisissent de fournir volontairement cette information. Il est souvent indicateur du niveau technologique de l’entreprise. Sur un grand nombre de produits, on trouve donc des tableaux comme celui-ci :

Valeur nutritionnelle moyenne           Pour 100 grammes
Valeur énergétique                                    430 kcal1800kj
Protéines                                                   4,7
Glucides                                                    69 g
Lipides                                                      15,0 g

 

  1. La valeur calorique : c’est la quantité d’énergie dans 100 g d’aliments exprimée en calories ;
  2. Les protéines sont nécessaires à l’entretien et au renouvellement de notre organisme, notamment des muscles;
  3. Les glucides regroupent les sucres complexes, comme l’amidon, et  les sucres simples, comme le sucre de table ;
  4. Les lipides sont les matières grasses saturées ou pas.

Souvent, en plus de ces quatre informations de base, les fabricants en rajoutent d’autres telles les teneurs en minéraux, vitamines, fibres etc. Mais, si nous savons aller à l’essentiel, l’étiquetage nutritionnel peut nous aider à comparer les produits. Prenons l’exemple de deux barquettes l’une au chocolat l’autre à la fraise.

 

Valeur énergétique (pour 100g)   364 kcal    491 kcal
Protéines (pour 100g)                  5 g             8 g
Glucides (pour 100g)                   76 g           63 g
Lipides (pour 100g)                     4.5 g          23 g

 

 En comparant, nous voyons que la recette « chocolat, noisettes » contient plus de calories et qu’elle est presque 5 fois plus grasse.
Petit lexique des matières grasses
Même les étiquettes les plus informatives demandent un peu de décryptage.

• Sans matières grasses Ce n’est pas tout à fait exact, car il s’agit de produits ne contenant pas plus de 0,5 g de matières grasses pour 100 g.
• Faibles en matières grasses Ces produits ne doivent pas excéder 1,5 % de matières grasses pour les liquides, 3 % pour les solides.
• À teneur réduite en matières grasses Le produit doit présenter une teneur réduite d’au moins 25 % par rapport à la teneur normale du produit type.
• Produits «légers» ou allégés Ces produits doivent contenir au moins 30 % de matières grasses, de sucres ou de calories de moins que la version classique du produit. La mention ne s’applique donc pas nécessairement aux matières grasses.
• Produits naturels Cette mention n’exclut pas les matières grasses du produit, mais celles-ci sont d’origine naturelle, l’huile par exemple, ce qui ne signifie pas qu’elles sont bonnes pour la santé.

• Sans cholestérol Le produit peut être riche en matières grasses et donc augmenter la teneur énergétique, mais il s’agit de graisses mono-insaturées, qui n’entraînent pas d’augmentation du cholestérol.
Petit conseil
Soyez très attentif lorsque vous achetez des aliments parfumés. Préférez ainsi un produit «à l’abricot» à un produit «aromatisé à l’abricot». La différence est qu’un yogourt à l’abricot, par exemple, doit contenir des morceaux d’abricot alors qu’un yogourt aromatisé à l’abricot n’en a généralement que l’arôme.

Scroll to top